Les maladies spécifiques du Maine Coon

Maladies spécifiques du Maine Coon

Quelques maladies spécifiques du Maine Coon sont à connaître. Ces maladies font l’objet de dépistages génétiques. Tous nos reproducteurs sont testés pour ses maladies afin de ne pas les transmettre à nos chatons. Les résultats des parents vous seront fournis.

La cardiomyopathie hypertrophique féline (CMH).

Cette affection cardiaque se caractérise par un épaississement du muscle cardiaque: les cavités ventriculaires sont de plus petite taille et le muscle cardiaque est moins efficace. Ces modifications aboutissent à une insuffisance cardiaque et un risque de mortalité accru. Chez le Maine coon, cette maladie se transmet dans la plupart des cas sur un mode autosomique dominant, via la mutation d’un gène. Cette mutation est propre à la face et fait l’objet d’un dépistage génétique (test ADN sur les reproducteurs). Cependant, seule une mutation est testée par ADN et un test normal ne garantit pas que votre chat soit exempt de cardiomyopathie. Un suivi cardiaque adapté, grâce à des échographies, est indispensable.

C’est une maladie de l’ adulte : la majorité des chats  ne présente aucun symptôme jusqu’à la décompensation de la maladie cardiaque et l’état général peut rapidement se dégrader. La CMH peut parfois être détectée lors de l’auscultation cardiaque : un souffle ou un trouble du rythme sont présents. Dans certains cas, une léthargie, une baisse d’appétit et un amaigrissement sont les seuls symptômes. Une paralysie brutale ou une mort subite sont également possible.

La polykystose rénale (PKD)

Elle est fréquente chez le chat Persan a longtemps été associée à tort au Maine Coon. Cette maladie rénale est caractérisée par la formation de kystes remplis de liquide. Cette maladie est rare chez le Maine Coon et ne dépend pas de la même mutation. De même, il semblerait que la formation de kystes rénaux aurait peu d’impact chez le Maine coon. Le test génétique n’est donc pas indiqué chez le Maine coon cependant un dépistage échographique des reins est recommandé chez les reproducteurs.

Le déficit en pyruvate kinase (pkdef)

A ne pas confondre avec la polykystose rénale (PKD). Cette maladie, rare,  provoque une anémie hémolytique régénérative chronique intermittente.  C’est une anomalie génétique autosomale récessive. Un test de dépistage existe et est recommandé sur les reproducteurs.

L’atrophie musculaire spinale (SMA)

Elle est extrêmement rare. Cette maladie induit la dégénérescence des neurones commandant les muscles. Elle se transmet génétiquement sur un mode autosomique récessif. Un test de dépistage génétique est également indiqué chez les reproducteurs.